Actualités du Parc

Parc naturel régional de la Haute Vallée de Chevreuse

  • Restauration de l'Yvette à Saint-Rémy-lès-Chevreuse
    Contexte

    Les rivières constituent des systèmes dynamiques en perpétuelle évolution. Elles modifient la forme et le positionnement de leur lit au fur et à mesure des crues induites par les évènements pluvieux. Les phénomènes d’érosion et de dépôt des sédiments générés par le courant constituent les témoins de cette dynamique.

    Les activités humaines passées, notamment l’utilisation de l’énergie hydraulique pour la meunerie, ont considérablement impacté le fonctionnement de nos rivières. On a ainsi déplacé et figé en partie leur lit et perturbé le déplacement des sédiments. Les modes d’entretien et de gestion des rivières mis en œuvre jusque dans les années 1990 visaient à accélérer le passage de l’eau : curage régulier du fond de lit, disparition des méandres naturels par linéarisation, entretien régulier de la végétation des berges. Mais les rivières n’étant pas de simples fossés, cette approche simplifiée a aggravé les dysfonctionnements.

    De manière globale, les rivières de notre territoire sont marquées par :

    • un déplacement de leur lit hors du point le plus bas de la vallée via un bief[1] pour permettre le fonctionnement des moulins ;
    • la présence de nombreux obstacles à la circulation des sédiments et des poissons : seuils, vannes… ;
    • un appauvrissement de la diversité des morphologies de fond de lit et des berges par recalibrage[2] ;
    • la disparition des échanges entre la rivière et les zones humides adjacentes par approfondissement du fond du lit suite aux curages répétés.

    Les débordements des eaux vers les zones humides deviennent inexistants et les zones naturelles de fond de vallée encore disponibles ne peuvent plus jouer leur rôle dans l’atténuation des crues.

    Les possibilités d’accueil de la faune et de la flore en sont largement amoindries ainsi que les capacités épuratrices des rivières qui ne parviennent plus à éliminer les polluants rejetés par les activités humaines.

    Le cas de l’Yvette à St-Rémy-lès-Chevreuse

    L’Yvette à Saint-Rémy-lès-Chevreuse n’échappe pas à ce constat avec une rivière qui s’est éloignée au cours des siècles de son fonctionnement naturel : lit perché dans un bief et artificialisé par recalibrage, présence d’un seuil de plus d’un mètre de hauteur au niveau de la sente d’Etau, rivière déconnectée des zones humides adjacentes par curages répétés de son lit.

    Projet de restauration de l’Yvette

    Le projet de restauration porté par le PNR, la Commune de Saint-Rémy-lès-Chevreuse, en partenariat avec l’Agence de l’Eau Seine-Normandie et le SIAHVY[3], vise à redonner à l’Yvette un fonctionnement naturel sur plus d’un kilomètre entre le centre-ville et la rue de Vaugien. Cela passera par :

    • la création d’un nouveau lit en fond de vallée ;
    • la disparition du seuil d’étau ;
    • la reconnexion de la rivière aux zones humides riveraines.

    Le projet va permettre

    • de renforcer la protection contre les inondations par débordement des crues dans les espaces naturels disponibles de la réserve naturelle ;
    • de favoriser l’épuration des eaux grâce aux interactions entre la rivière et les zones humides,
    • de rétablir la circulation des poissons et des sédiments.

    Au moment où l’eau devient un enjeu prioritaire par sa vulnérabilité face aux pollutions et au changement climatique, chaque tronçon de rivière restauré contribue à la protection à long terme de cette ressource.

    Projet de restauration de l’Yvette : Mise en œuvre des travaux

    La mise en œuvre des travaux se fera en deux phases :

    • Première Phase sur mars et avril 2019 : réalisation des travaux de déboisement et de gestion de la Renouée du Japon (espèce exotique envahissante)
    • Seconde phase entre août et novembre 2019 : terrassement et mise en forme du nouveau lit de la rivière, comblement de l’ancien lit, travaux annexes (végétalisations, ouvrages…).

    Cette mise en œuvre en deux temps a pour objectif de limiter l’impact des travaux sur la faune et la flore et de réaliser les travaux de terrassement dans les meilleures conditions c'est-à-dire lors de la période de basses eaux de la rivière.

    Les travaux seront réalisés par un groupement d’entreprises composé de VINCI Construction Terrassement, Nature Environnement Travaux et Bio.d.i.v.

    L’ensemble des installations de chantier seront positionnées en bordure de la rue Ditte et les circulations d’engins se feront au sein des espaces naturels du fond vallée.


    [1] Bief : canal de dérivation amenant l’eau à la roue d’un moulin

    [2] Recalibrage : Intervention consistant à reprendre en totalité le lit et les berges d’un cours d'eau dans l'objectif prioritaire d'augmenter la capacité hydraulique

    [3] Syndicat Intercommunal pour l’Aménagement Hydraulique de la Vallée de l’Yvette

    Renseignements complémentaires :

    Parc naturel régional de la Haute Vallée de Chevreuse
    Mission Nature Environnement
    Château de la Madeleine 
    78472 CHEVREUSE Cedex
    01-30-52-09-09
    Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

    Partenaires :

    Partenaires financiers :

     

  • Versants de la Rémarde

    Ce plan paysage est le cinquième et dernier de ce cycle de Plans paysage et biodiversité. Il concerne l’unité Paysagère dite des Versants de la Rémarde qui est située à cheval des Yvelines et l’Essonne et concerne 10 communes du Parc : La Celle-les-Bordes, Bullion, Bonnelles, Rochefort-en-Yvelines, Longvilliers, Forges-les-Bains, Vaugrigneuse, Courson-Monteloup, Fontenay-les-Briis et Saint-Maurice-Montcouronne.

    Le Plan Paysage et Biodiversité des Versants de la Rémarde, qu’est-ce que c’est ?
    • Un moyen de prendre conscience de la qualité des paysages et de la biodiversité qui nous entourent, mais aussi des pressions qui pèsent sur leur préservation
    • Un outil opérationnel définissant des perspectives d’évolution concrètes et des propositions d’actions
    • Des temps d’échangeset de participations avec les habitants et les tous les acteurs du territoire pour co-construire un projet ancré localement

    Concevoir des paysages vivants et de qualité pour le futur, en s’engageant dans la transition écologique

    Comment participer ?
    • Promenades et ateliers destinée aux résidents et travailleurs du territoire (Printemps 2019) « Bon pied, Bon œil »
    • Répondre au questionnairesur les perceptions du paysage et de la biodiversité
    • Suivre la Page facebook« Plans paysage et biodiversité » pour se tenir au courant et échanger en ligne
    • En parallèle de cela, un Co pilotage a lieu régulièrement avec les communes concernées
    Quand ?

    Période allant d’Avril 2019 à Mars 2020

    Et après ?

    Comme avec les 4 plans précédent, un compte renduainsi que des fiches actions concrètes seront mises en ligne ici même !

    Page Facebook : https://www.facebook.com/PlanPaysageBiodiversite/

    Questionnaire habitants : Parlons Paysage !
     
    Une grande étude sur les Paysages et la Biodiversité des Versants de la Rémarde est lancée. Nous vous proposons ce questionnaire en ligne d’une durée de 10 à 15 minutes environ. Il est ouvert à tous les habitants et usagers de ce territoire. N’hésitez pas à le diffuser autour de vous.
     
    Vous vous demandez peut-être à quoi vont servir vos réponses et c’est tout à fait légitime !
     
    Le Plan Paysage et Biodiversité est un outil de concertation qui réunit autour de lui le plus grand nombre d’acteurs du territoire. Ensuite, ce plan est une référence pour préserver la valeur paysagère du territoire et la diversité des espèces.
     
    Ce plan est un outil d’aide à la décision pour tous les aménagements. C’est donc pour cela que votre avis compte !
     
     
  • Semaine pour les alternatives aux pesticides

    Plusieurs évènements organisés par le PNR de la Haute Vallée de Chevreuse auront lieu

    à l’occasion de la 14èmeédition de la Semaine pour les alternatives aux pesticides :

    des informations, trucs et astuces

    Sortie botanique : Plantes sauvages comestibles
    Exposition « Herbes en ville »
     
    Cette exposition présente les usages d'une quinzaine de plantes « mal-aimées » en milieu urbain. Au travers d’anecdotes méconnues, cette exposition nous dévoile ce patrimoine naturel qui, au cœur de nos villes, nous offre ces mille vertus.
    • Du 20 au 30 mars
    • Tour des Gardes du Château de la Madeleine à Chevreuse (Maison du PNR)  exposition 
    • Public familial, livret jeux pour les enfants
    ------------------------------------------------------------------------------------------------------

    Sur le territoire

     
     Choisel
    Atelier biodiversité pratique
     

    Favoriser la biodiversité dans le jardin avec au programme : Semis de plantes compagnes et réalisation d'abri à insectes pour lutter contre les pucerons.  libre et gratuit

    • Samedi 23 mars
    • De 14h à 17h
     Fontenay les Briis
    Projection débat du film documentaire "sacré village "

    "Alors que le climat déraille et que les ressources naturelles s'épuisent, une petite commune alsacienne, Ungersheim, montre qu'un autre monde est possible ici et maintenant."

    • Mercredi 27 mars à 19h30
    • Espace ANTEIA , Fondation JDB à Fontenay les briis.
    • Entrée libre et gratuite
    • Durée 52 min

    La projection sera précédée (de 18h à 19h30) d'une visite de l'espace ANTEIA par le directeur M. GRASTEAU (objet de la visite : présentation des activités de prévention contre le cancer et visite du bâtiment HQE ).

    Un repair café et un Fablab biodiversité
    Avec réalisation d'abri à insectes
    • Samedi 30 mars
    • de 9h30 à 12H30
    • Entrée libre et gratuite
    • Sur réservation : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
     
    20 mar - 30 mar
  • Préservation de mares agricoles sur le plateau de Cernay

    Les mares en zones agricoles constituent de véritables ilots de biodiversité et peuvent accueillir de nombreuses espèces végétales et animales (grenouilles, tritons, libellules, oiseaux) dont certaines sont remarquables comme sur le plateau de Cernay.  Mais ces mares nécessitent d’être entretenues pour contenir le développement des broussailles et des arbres depuis leur bordure.

    Avec l’aide des élèves de 1ère Bac pro Gestion des milieux naturels et forestiers du CHEP du Tremblay sur Mauldre, deux mares situées sur l’exploitation agricole de Thomas Lafouasse à Senlisse ont fait l’objet d’un chantier d’entretien la semaine dernière.

    En dépit du froid et de la neige, le chantier a permis de dégager une partie des berges pour les remettre en lumière et favoriser à l’avenir le développement de plantes particulières.

    Les branches et arbres coupés ont été stockés aux abords des mares et serviront d’abris hivernaux à la petite faune avant de se décomposer.

  • Évaluation de la Charte et enquête auprès des habitants du Parc

    Arrivé à la moitié des 15 ans de la durée de la Charte, le Parc entame son évaluation de mi-parcours.A-t-on fait ce qui était prévu ? Les réalisations sur le terrain sont-elles à la hauteur des ambitions ? La sensibilité et les comportements des habitants et visiteurs ont-ils évolué au fil des années ?

     

    Pour y répondre, un questionnaire est en ligne : https://oxiforms.com/?m3eF8

     

    Prenez quelques instants pour apporter votre contribution. Votre avis est précieux pour mesurer les attentes et l'implication des particuliers et adapter les outils ou les projets qui seront pertinents à l'avenir. 

     

    Merci !